Avec Mahio, Mazamet est la nouvelle place forte du MMA dans le Sud ouest

Avec Mahio, Mazamet est la nouvelle place forte du MMA dans le Sud ouest

l’essentiel En deux ans, le coach et président du Montagne noire combat libre a créé un vivier de combattants prometteurs. Une fierté pour le club aux 120 licenciés qui ramènent des ceintures à la maison.

Pour une personne lambda, c’est un geste anodin, comme on pourrait en voir entre deux clubs de sports. Pour les fins connaisseurs du MMA (Arts martiaux mixtes), il représente bien plus. Légalisé en France en 2020, le MMA a longtemps été le vilain petit canard des sports de combat, dont l’expansion a un temps été freinée par la puissante fédération de judo, de peur d’une fuite de leurs licenciés, aimantés par cette discipline où se mêlent lutte, boxe anglaise, muay thaï, karaté, ju-jitsu, dans la fameuse cage.

Pourtant à Mazamet, il y a deux ans, quand Mahio Campanella cherchait à ouvrir sa structure de MMA, Christophe Batut, le président du judo club lui a ouvert les portes du dojo. « Il a eu l’ouverture d’esprit de nous donner deux créneaux, le mercredi soir et le samedi matin, et ne cherchait pas à nous mettre des bâtons dans les roues », honore le président de Montagne noire combat libre, qui a grandi à Castres. Entre-temps, le coach a réussi à obtenir un troisième créneau au dojo d’Aussillon le vendredi soir.

« On prouve qu’avec peu de moyens on peut réussir. Aujourd’hui notre club est craint »

Voilà pour les détails techniques et d’organisation, sans quoi rien n’aurait été possible aujourd’hui pour le club à la dimension régionale. Chaque semaine, tous niveaux confondus, environ 120 combattants viennent peaufiner leurs techniques. Un succès express, le fruit des heures de labeur et de sueur. Pour une année 2022 remarquable : « Elle a été tellement riche en expérience et en résultats. Nous avons cinq ceintures de plus au club, 12 champions en MMA, kempo, grappling et K1 réunis. 2022 c’est cinq combats professionnels et 50 combats amateurs (semi-pro) en France, en Angleterre, Espagne et au Canada. C’est aussi pour les plus novices : 15 combats de classe B et 4 combats kids. Enfin, c’est 47 victoires pour une soixantaine de combats MMA, tous niveaux confondus. »

Mahio Campanella, le président et coach (3e en partant de la droite)/ MNCL
Mahio Campanella, le président et coach (3e en partant de la droite)/ MNCL

De quoi faire pâlir les adversaires. « Le club réunit Castres, Mazamet et Carcassonne. On est dans des petites villes, si on ne s’allie pas, on ne fera pas de résultats au niveau national et international. On a réalisé notre ambition, on combat partout et on défend fièrement les couleurs de nos villes. On prouve qu’avec peu de moyens on peut réussir. Aujourd’hui notre club est craint », jure le président, qui a découvert le MMA au Brésil, avant de passer par Marseille et Carcassonne et de revenir dans le Tarn s’installer il y a deux ans à Mazamet.

Les deux pépites Axel et Khusein

« Si j’avais une salle avec des créneaux tous les soirs, je pourrai développer une partie loisirs et compétition. Là je fais du bricolage, avec les moyens que j’ai », ajoute l’éducateur spécialisé, marié et père de trois enfants. « C’est une gymnastique de folie » pour organiser ses semaines.

Dans l’armée de « fighters », les espoirs sont portés vers deux pépites : Axel Alfandari, « une graine de champion, talentueux, qui a remporté une ceinture au Cage warriors academy et une autre au tournoi Invictus en Espagne » et Khusein Bataev « qui est invaincu en amateur ». « Les deux peuvent aller très loin », promet le coach, aidé de son ami Matthieu Moya,

Cette année 2023 s’annonce tout aussi prometteuse pour le club où la bienveillance et le respect sont au centre de tout. D’ailleurs Mahio, en fin de carrière, s’envolera pour un combat de prestige au Canada, le 11 mars, pour une ceinture : « Un super défi ! ».
Dans ce Tarn où le rugby est roi, le MMA a trouvé sa place.

Source : La Dépêche
Pour vous abonner à La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *