Christophe Ramond dégaine ses vœux façon puzzle

Christophe Ramond dégaine ses vœux façon puzzle
b03366eaf7b36153366eaf7b3e8336v Christophe Ramond dégaine ses vœux façon puzzle

«Que l’on s’appelle SFR ou XP Fibre, quand on signe un contrat, on l’assume!» Devant quelque 500 personnes entassées à l’Hôtel du département pour ses vœux le 5 janvier, Christophe Ramond n’y est pas allé de main morte pour fustiger l’impéritie de l’opérateur choisi pour déployer la fibre dans le Tarn.

18 millions de pénalités

Filiale du groupe SFR, XP Fibre est accusée d’avoir “perdu trop de temps”, d’autant plus que «la qualité du service n’est pas toujours au rendez-vous», a taclé le président du conseil départemental. Et pour cause: à peine 80.000 prises installées fin 2022 sur les 138.000 de l’objectif contractuel. Résultat: «Nous avons déjà notifié 18 millions d’euros de pénalités pour les retards», a souligné le conseiller d’Albi 3, qui a adressé une mise en demeure à la société.

“Pouvoir de nuisance des minorités”

S’estimant «trahi au même titre que l’ensemble des Tarnais», le patron de la collectivité départementale a pourtant assuré: «Ma main reste tendue pour tenir l’objectif final. Mais j’exige une réponse rapide, claire et ferme.»

Fermez le ban? Pas tout à fait car Christophe Ramond avait aussi des vœux pour les opposants à l’autoroute Mazamet-Castres/Toulouse: «Lors de chacun de mes déplacements dans le sud du Tarn, je suis confronté à des habitants et à des élus qui se désespèrent des manifestations et du pouvoir de nuisance de minorités (…). On peut manifester mais en démocratie, il y a un principe intangible: le respect du fait majoritaire.» «Nous ne lâcherons rien», a-t-il prévenu, confirmant au passage plusieurs autres chantiers routiers pour 2023: le contournement de Puylaurens et deux nouveaux créneaux de dépassement, entre Brassac et Lacaune et sur l’axe Gaillac-Montauban.

“Tout se fissure, tout se détraque”

Sur un plan plus politique, le président du conseil départemental avait préalablement souligné que ce début d’année donnait le sentiment que «tout se fissure, tout se détraque». Constatant que «tous nos services publics semblent se déliter: transports, hôpitaux, éducation alors qu’ils faisaient notre fierté collective», Christophe Ramond a confirmé en filigrane son incompatibilité avec le pouvoir macroniste.

“Comme un pays du tiers-monde”

Si le leader socialiste de la majorité départementale s’est par ailleurs désolidarisé depuis belle lurette des orientations prises par l’actuelle direction du PS, on l’a aussi entendu déplorer les menaces de coupures d’électricité «comme un pays du tiers-monde, alors qu’avec notre industrie nucléaire nous possédions un outil unique au monde, un outil performant, rentable et respectueux de l’environnement». Ce qui ressemble à s’y méprendre à un procès de la politique énergétique menée depuis dix ans à l’initiative d’un certain… François Hollande.

Paru en premier sur le Journal d’ici
Source : Le journal d’ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *