Carmaux : René Déléris, champion de France 1951, nous a quittés

Carmaux : René Déléris, champion de France 1951, nous a quittés
image Carmaux : René Déléris, champion de France 1951, nous a quittés

l’essentiel Il était l’un des derniers dinosaures de cette équipe de rugby Carmausine championne de France de 1re division en 1951.

René Déléris, champion de France de rugby en 1951 avec l’équipe de Carmaux vient de disparaître à l’âge de 96 ans. Il laisse Raymond Carrère orphelin de ses coéquipiers de 1951 après les départs de Jean-Marie Bez et Francis Cassou en 2021.

Né à Carmaux d’un père mineur de fond, René Déléris s’est tourné vers l’enseignement pour devenir instituteur puis conseiller pédagogique en éducation physique.

Trois quarts centres de l’USC après avoir fait ses premières armes au Stade toulousain en 1947, avec les Bergougnan, Noé, Barran, alors qu’il était à l’école normale, il a connu de nombreuses sélections en France B, restant longtemps dans l’antichambre de la grande équipe de France.

Raymond Carrère se souvient de son ami et coéquipier. « J’ai apprécié les qualités humaines de René. C’était un meneur, il savait nous parler et jouait toujours pour le collectif. Ballon en main, il n’avait pas d’égal et il mettait le feu dans toutes les défenses. Il aurait dû faire une carrière internationale. Sa bonne humeur et son sourire vont me manquer. »

Passion et transmission

Sa carrière de joueur achevée, René aimait donner un coup de main à ses amis entraîneurs. Avec Jean Régis, il a participé à des entraînements à Carmaux puis à Cagnac, donnant son avis sur le rugby de mouvement qu’il affectionnait tant.

Plus tard, c’est à son fils Christian qu’il a prodigué ses conseils, le suivant régulièrement lorsqu’il jouait à Tarbes ou quand il entraînait Colomiers. « Il m’a transmis cette passion et ses valeurs ainsi qu’à mon fils et mes petits-fils » aime à répéter Christian.

Les dernières années n’ont pas été simples pour René qui restait jovial et heureux de retrouver ses proches, même s’il avait de la peine à conserver certains souvenirs. Il aimait encore chanter et danser et avait gardé cette joie de vivre qui le caractérisait.

Une cérémonie civile sera célébrée le vendredi 30 décembre à 14 h 30 en la salle de Bicoq, 38 rue Antoine Pech à Carmaux.

L’U.S.Carmaux rugby s’associe à la peine de sa famille et lui adresse ses plus sincères condoléances.

Source : La Dépêche
Pour vous abonner à La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *