Moisson (d’intentions) de commandes pour l’avion électrique du Toulousain Aura Aero

Moisson (d’intentions) de commandes pour l’avion électrique du Toulousain Aura Aero
b9a13da261a2b4efc26cd7dd7e097c 2d241 Moisson (d'intentions) de commandes pour l'avion électrique du Toulousain Aura Aero

Jérémy Caussade est ravi. Le co-dirigeant de Aura Aero annonce que Era, son avion régional à propulsion électrique, vient d’engranger 130 lettres d’intention auprès de neuf compagnies aériennes. Parmi elles, la française Twinjet, la maltaise Elitavia, la brésilienne DUX ou encore la suisse FMS et la gabonaise Afrijet. En tout, avec les 200 exemplaires déjà signés par le loueur irlandais Amedeo, Era totalise plus de 330 intentions de commandes.

« On est heureux et fiers », réagit Jérémy Caussade qui, avec Fabien Raison et Wilfrid Dufaud, a fondé en 2018 cette start-up aéronautique, installée dans un hangar avec vue sur les pistes de l’aérodrome Toulouse-Francazal. « Les compagnies se sont engagées dans l’évolution de l’aéronautique. Elles acceptent de prendre part à l’aviation décarbonée. » Pour le président de Aura Aero, cette pluie de commande est la preuve que la « révolution électrique » de l’aéronautique est en marche et que l’avionneur a bien l’intention d’être acteur de ce changement. « Ces lettres d’intention nous montre aussi que nous ne nous sommes pas trompés de stratégie. Il y a une voie qui, en plus, est créatrice d’emplois. »

Levées de fonds

Électrique, proposé en trois variantes– cargo, passager et fret – cet appareil de dix-neuf places se destinera au transport de passagers et de marchandises dans des zones de montagnes, par exemple, inaccessibles en voiture. Doté de six moteurs électriques fixés sur des ailes surélevées, il sera capable de décoller sur des petites pistes, de 800 mètres, et de parcourir des distances relativement courtes, inférieures à 600 kilomètres.

Mais Aura Aero est au début de l’aventure. Car, déjà, cet avion n’a pas encore pointé le bout de son nez. Le premier vol du prototype est prévu pour 2025, avec une mise sur le marché deux ans plus tard.

Et, de plus, il faut de l’argent pour le financement des premiers exemplaires commandés et construire un site industriel conséquent pour accompagner le développement. « Nous avons fait une première annonce pour dire que le marché répond. On agit par étapes », précise Jérémy Caussade, qui ne veut pas détailler le montant de la levée de fonds ni le lieu sur lequel sera installé l’usine.

Audrey Sommazi

Sur la photo : Une maquette de l’Era. Crédits : Aura Aero.

Source : ToulEco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *