Escroquerie à Castres : le cauchemar de Nicole dont le compte a été débité de 2000 euros en un mois

Escroquerie à Castres : le cauchemar de Nicole dont le compte a été débité de 2000 euros en un mois
image Escroquerie à Castres : le cauchemar de Nicole dont le compte a été débité de 2000 euros en un mois

l’essentiel Tombée dans un piège par téléphone, la retraitée castraise voyait des sommes en tout genre retirées de son compte depuis un mois. Sa banque s’est saisie de son cas et a régularisé sa situation.

Tous les matins depuis un mois, Nicole Detolsan regardait l’état de son compte avec des sueurs froides. Quels retraits surprises allait-elle encore découvrir ? Et surtout quels montants ? Depuis le 12 novembre et un piège téléphonique tendu par un inconnu qui s’est fait passer par sa banque, la retraitée de 64 ans a passé des semaines dans le rouge, sans voir le bout du tunnel.

Une escroquerie qu’elle raconte : « Vers 20h45 ce samedi, j’ai reçu un coup de téléphone de quelqu’un se présentant de ma banque, comme quoi on me piratait mon compte et pour l’assurance, ils m’ont demandé si je recevais des messages avec des montants. Pour qu’ils sachent que j’avais pris une assurance, j’y ai cru. Pile à ce moment, je reçois un message avec un code. Ils m’ont demandé de leur indiquer pour qu’ils puissent bloquer les paiements au fur et à mesure. »

Un changement de carte bancaire inutile

Hélas pour la Castraise, c’est tout l’inverse qui s’est produit. À l’ouverture de sa banque le mardi, Nicole s’y rend pour demander des explications. On lui certifie à juste titre que jamais la banque ne procède à ce genre d’appel et de demande. Achats en tout genre, locations de voiture, virements en Belgique : au total, le préjudice s’élève à environ 2 000 € pour la retraitée qui craignait de pouvoir offrir des cadeaux à ses petits-enfants pour Noël. Après un dépôt de plainte au commissariat de Castres, un septième changement de carte bancaire inutile, le calvaire a continué pour Nicole qui ne pouvait pas clôturer son compte tant qu’il était à découvert. « J’ai touché ma retraite le 9 décembre, je n’ai pas retiré un centime et j’étais déjà en rouge… », souffle-t-elle, le moral alors au plus bas et aidée financièrement par ses proches.

Contactée, sa banque indique ne pas commenter les cas individuels, tout en précisant que leur cliente « a bien été prise en charge dès le début et que le dossier est en cours de traitement ».
Rappel des bons gestes à avoir

D’ailleurs, deux jours avant le réveillon, Nicole a reçu un coup de fil de l’agence castraise, la vraie, avec une bonne nouvelle : elle a été remboursée en intégralité et un rendez-vous en début d’année avec sa conseillère permettra de lui créer un nouveau compte pour que le cauchemar s’arrête enfin.

« La banque ou le conseiller bancaire ne demanderont jamais à un client de communiquer ses informations personnelles liées à son compte, que ce soit par téléphone, SMS, mails. Elle ne contactera jamais un client pour valider une opération de paiement ou de remboursement, ni de communiquer ses identifiants et mot de passe de connexion »

Dans un rôle de prévention, BNPParibas rappelle : « La banque ou le conseiller bancaire ne demanderont jamais à un client de communiquer ses informations personnelles liées à son compte, que ce soit par téléphone, SMS, mails. Elle ne contactera jamais un client pour valider une opération de paiement ou de remboursement, ni de communiquer ses identifiants et mot de passe de connexion. Enfin, il est rappelé aux clients de toujours vérifier le motif de sa clé digitale et de ne jamais valider une opération dont le motif affiché ne correspond pas à l’action qu’il souhaite réaliser. »

À ne pas oublier au risque de devenir la proie d’escrocs, de plus en plus malins.

Source : La Dépêche
Pour vous abonner à La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *