Cyclelab veut faire du Gers la future Silicon Valley du vélo

Cyclelab veut faire du Gers la future Silicon Valley du vélo
a02873afa7fcd62f43ff9217b082cd 4871c Cyclelab veut faire du Gers la future Silicon Valley du vélo

Dans les années 1930, on pensait déjà vélo à l’Isle-Jourdain. En témoigne son ancien vélodrome, aujourd’hui presque caché sous les frondaisons d’immenses platanes. Dans la Placia, les jeunes couples d’amoureux et les familles ont remplacé les coureurs et leur public. Cent ans plus tard, la cité gersoise est revenue dans la course et entraîne derrière elle tout un peloton qui voit dans le vélo le véhicule du futur. Elle le doit à Denis Briscadieu, ancien cadre de Casino qui en 2000 a décidé de quitter les rayons de ce géant de la grande distribution et de revenir sur sa terre natale pour faire de sa passion, son métier. En vingt ans, ce Gascon infatigable a endossé tous les maillots pour édifier étape après étape un empire aux multiples facettes. C’est aussi lui qui a initié en 2018 le cluster régional Vélo Valée, le premier à avoir vu le jour en France. Son ascension a démarré avec la société de services Dossard 51 – numéro légendaire du Tour de France – créée pour animer sa première enseigne de distribution Culture Vélo. La famille s’est rapidement agrandie sous le nom de Cyclelab avec le lancement en 2005 du réseau Vélo Station et le rachat, trois ans plus tard, de Bouticyle. À eux seuls, les 127 magasins de ces trois enseignes aux implantations et aux référencements différents ont généré 171 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021 et représentent 11 % des ventes au détail de vélos en France. Le groupe gersois a aussi fait une échappée dans le running avec l’enseigne Foulées, active depuis 2013 et qui compte vingt boutiques aujourd’hui.

Des services intégrés et mutualisés

Derrière ces quatre vitrines, une seule société d’ingénierie informatique, 5ive, gère une centrale d’achat commune à partir d’une base de données internationale d’une centaine de fournisseurs et de plus de 110.000 articles. Deux autres sociétés, Peloton pour le volet e-commerce et Département Beauté pour la communication et l’événementiel, sont au service des quatre enseignes du groupe. Réunies au sein du groupe Cyclelab, ces structures supports ont généré un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros en 2021.

Celui-ci se rémunère aussi auprès des adhérents des différents réseaux qui versent une redevance mensuelle allant de 1190 à 2000 euros. « Très vite, j’ai fait le choix d’internaliser les métiers connexes à la distribution et d’intégrer sur un site unique tout l’environnement dont nous avions besoin pour rendre nos magasins plus réactifs et pro- mouvoir le vélo dans toutes ses dimensions, culturelle, sportive, économique et bien sûr en matière de mobilité », explique Denis Briscadieu.

C’est dans cette logique que le dirigeant a aussi ouvert en 2010 à L’Isle-Jourdain, dont il veut faire la « Silicon Valley du vélo », le centre de formation Sup de Vélo. Il s’organise autour de deux campus où sont formés quelque 400 vendeurs et techniciens chaque an- née et, depuis septembre, des apprentis en alternance. La rentrée a également vu la transformation du Véloscope, un « pavillon culturel » dédié à la promotion du vélo qui abrite aussi désormais un bis- trot, un restaurant, une salle de coworking et différents espaces pour accueillir conventions et séminaires à destination des entreprises.

Vélo et équipement du futur

En vingt ans, Cyclelab a créé son propre écosystème, pérennisé une cinquan- taine d’emplois et impulsé une vraie dynamique de filière aux portes de Tou- louse, la capitale européenne de l’aé- ronautique. En 2023, le groupe gersois ouvrira aussi la première usine d’as- semblage de cycles en sous-traitance pour de grandes marques françaises ou étrangères, des collectivités ou des distributeurs. Le premier site de la Vélo Factory, installé dans une ancienne car- rosserie, est dimensionné pour assem- bler d’ici 2026 jusqu’à 15.000 vélos par an. Il fera travailler une douzaine de per- sonnes dès le printemps prochain. « Selon les besoins, nous pourrons dans un second temps envisager une extension dans un autre bâtiment de 3000 m2 pour doubler les volumes », indique Denis Briscadieu

Cyclelab, qui va consacrer 3,3 millions d’euros à ce projet, est sou- tenu par la Région Occitanie à hauteur de 600.000 euros et par l’État via une aide de 350.000 euros du fonds de sou- tien à l’investissement industriel dans les territoires. Mais cet acteur majeur du secteur du vélo en France ne compte pas s’arrêter là. Le président-fondateur du cluster Vélo Vallée en a encore sous la pédale. Après avoir frappé en vain pendant dix ans à la porte des acteurs de l’aéronautique, une porte s’est ou- verte à la sortie de la crise sanitaire.

Le projet Bike Stadium

Denis Briscadieu a réussi à convaincre ses voisins de l’intérêt de réfléchir au vélo de demain et à différents projets d’innovation, sur les matériaux notamment. « On travaille avec les mêmes matériaux, on a les mêmes besoins d’aérodynamisme, de sécurité, de légèreté, de lutte contre les impacts. Il y a un vrai intérêt à réfléchir ensemble. » En attendant que « quelque chose de génialissime en ressorte », le patron de Cyclelab garde en tête une autre idée. Celle de créer à L’Isle-Jourdain un Bike Stadium, un équipement « unique sur la planète ».

Il comprendrait un « stade vélo nature » permettant la pratique d’une di- zaine d’activités cyclistes (piste routière, cyclo-cross, trial, pumptracks, piste VTT avec différents niveaux de difficulté) et un vélodrome couvert pour l’entraîne- ment des sportifs de haut niveau acces- sible aussi au grand public. Un projet d’environ 15 millions d’euros sur lequel Denis Briscadieu travaille depuis plus de dix ans. Pour réaliser cette Placia du futur, ce sont les collectivités locales qu’il doit de nouveau convaincre.

Johanna Decorse



Sur la photo : Denis Briscadieu, dirigeant de Cyclelab et président du cluster Vélo Vallée.Crédit photo : Rémy Gabalda

Source : ToulEco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *