Reconstitution de la disparition de Delphine Jubillar : “On nous a conseillé de rester chez nous”, Cagnac-les-Mines en état de siège

Reconstitution de la disparition de Delphine Jubillar : “On nous a conseillé de rester chez nous”, Cagnac-les-Mines en état de siège

l’essentiel La justice est revenue, ce mardi 13 décembre au soir, sur les lieux de la disparition de Delphine Jubillar. Dans une commune de Cagnac-les-Mines bouclée par les forces de l’ordre, le principal suspect est arrivé vers 19h15.

C’est un des derniers temps forts de l’enquête. 18 mois après son incarcération, Cédric Jubillar est revenu dans sa maison à Cagnac-les-Mines. Dans le huis clos de cette demeure inachevée de la rue Yves-Montand, la justice tente de percer un mystère qui dure depuis près de deux ans. 

Maitres Franck et Martin passent le barrage de gendarmerie.
Maitres Franck et Martin passent le barrage de gendarmerie. DDM – EC

Magistrats, enquêteurs, avocats et Cédric Jubillar, le mari principal suspect dans l’enquête sur la mort de son épouse, mis en examen et écroué depuis 18 mois, se sont retrouvés lors de cette reconstitution très attendue, sans corps, ni scène de crime, ni aveux.

Le quartier bouclé

Dès la fin de l’après-midi, l’ancienne cité minière était en état de siège. Pas un coin de rue, un chemin ou le moindre accès accessibles : tout était bloqué par des gendarmes. À partir de 16 heures, les forces de l’ordre ont procédé au bouclage du quartier pavillonnaire où vivaient les Jubillar. Interdiction de circuler et de stationner.

“On nous a conseillé de rester chez nous, au moins jusqu’à une heure du matin”, explique un riverain qui – malgré les mises en garde – promène son chien en tout début de soirée. Un des rares riverains à s’aventurer à proximité du lieu de la reconstitution. Aux alentours de 18 heures, toutes les voitures sont contrôlées. Sans justificatif de domicile, impossible d’accéder dans les rues adjacentes au logement des Jubillar.

Cédric Jubillar est arrivé à 19h15

À proximité de la maison, une grande tente blanche a été installée. C’est le seul élément qui sera visible avant le bouclage total en fin d’après-midi. Cédric Jubillar est arrivé à 19h15, dans un grand fourgon blanc, entouré d’une escorte policière. Les gendarmes avaient prévu le coup : c’est par un chemin situé en amont du village que le suspect a gagné son domicile, accompagné des magistrats.

Maitre De Caunes représente les parties civiles.
Maitre De Caunes représente les parties civiles. DDM – EC

Les avocats sont alors arrivés peu avant 20 heures par ordre dispersé. Défense, partie civile, ils étaient tous là et tous ont été systématiquement contrôlés par les gendarmes pour se rendre dans la maison. Un drone survolait les lieux tout au long de la soirée.

Chronologie de la soirée, ses propres recherches dans la maison, l’utilisation de son téléphone… alors que le comportement de Cédric Jubillar était disséqué dans le huis clos de la maison de la rue Yves-Montand, Cagnac retrouvait son calme au plus profond de la nuit noire. Comme un soir de décembre, il y a deux ans, en plein confinement, où l’infirmière se volatilisait sans laisser la moindre trace.

Source : La Dépêche
Pour vous abonner à La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *