Occitanie. Face aux entrepreneurs, le discours de la méthode pour Carole Delga

Occitanie. Face aux entrepreneurs, le discours de la méthode pour Carole Delga

L’Espace Charles de Gaulle n’était pas assez grand pour tous les accueillir. Les derniers entrepreneurs invités par la Région Occitanie ont dû prendre place dans l’hémicycle régional pour suivre la présentation de Carole Delga en visioconférence. Tous ont écouté dans un grand calme le long mais dynamique tour d’horizon économique d’une présidente de Région qui apprécie l’exercice. Il faut dire qu’elle avait quelques arguments à faire valoir à son assemblée régionale. « Nous sommes la première région en ce qui concerne le spatial et l’aéronautique, la deuxième sur la biotech, la deuxième sur le tourisme avec 215 millions de nuitées en 2022 », énumère la cheffe de l’exécutif régional. « Nous sommes aussi la première région en France pour la part du PIB (3,5%) consacrée à la recherche et au développement. Nous sommes d’ailleurs la seule région française à dépasser l’objectif européen (3 %) en la matière. J’ai du reste dit à la Première ministre qu’il y avait quelque chose de préoccupant que nous soyons les seuls à atteindre ce résultat. Sur l’innovation, il y a un risque de déclassement de la France », s’inquiète Carole Delga. « Nous voulons continuer dans cette lancée et doubler le nombre de jeunes entreprises innovantes l’année prochaine », espère de son côté Jalil Benabdillah, vice-président de la Région en charge de l’Économie. La Région Occitanie va ainsi dépenser 100 millions d’euros pour soutenir les entreprises innovantes avec ses Contrats innovations et 20 millions d’euros pour un nouveau dispositif d’accompagnement de start-up nommé Start’Oc Innovation.

« Créer 100.000 nouveaux emplois grâce à la transition écologique »


compdelgaentrepriseshr 4 4c83c Occitanie. Face aux entrepreneurs, le discours de la méthode pour Carole Delga

Les entrepreneurs sont nombreux à prendre en photo les slides [1] de la présentation écrite diffusée sur un grand écran. Notamment celle des objectifs fixés en termes d’emplois créés secteurs par secteurs « grâce à la transition écologique », deuxième grand axe de la politique économique régionale. La Région vise notamment la création de 15.000 emplois dans les mobilités vertes, 14.000 dans le BTP et l’habitat durable, 12.000 dans les énergies renouvelables ou encore 10.000 dans l’hydrogène vert. Au total, la Région Occitanie vise le chiffre ambitieux « de 100.000 nouveaux emplois créés grâce à la transition écologique et énergétique ».

Vient ensuite le moment de détailler la nouvelle configuration des aides aux entreprises présentées le mois dernier à la presse. Jean-François Rezeau, président de la CCI Occitanie, salue « une simplification et un élargissement des aides qui vont dans le bon sens » et affirme que la CCI « va déployer des politiques qui portent la même ambition ». Joseph Calvi, président de la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat (CMAR) d’Occitanie a profité de la tribune qui lui était donnée pour être un peu plus dissonant. S’il a reconnu « l’importance fondamentale de l’aide de l’État et de la Région, notamment depuis la crise Covid », il a voulu se faire « le porte-voix de la souffrance de artisans qui font face à la hausse des prix de l’énergie. Certains pensent à mettre en sommeil leur entreprise car ils ne peuvent plus faire face », s’alarme Joseph Calvi, qui considère également que « l’écart entre les Smic et les minima sociaux n’est pas assez important ». « Il faut revaloriser le travail ! », estime le président du CMAR Occitanie.

Les entrepreneurs invités ont ensuite eu la parole pour clore la fin d’après-midi. La plupart a posé des questions inspirées de son cas personnel. Maria, entrepreneuse dans la biotech, s’inquiète par exemple de ne pas pouvoir correspondre aux critères des aides ciblées RSE. Du côté de la Région, on lui indique que « les aides ciblées innovation pourraient davantage lui convenir ». Mais pour un boulanger bio du Comminges, qui cherche à savoir s’il a droit à des aides énergétiques spécifiques, ou pour un entrepreneur toulousain quinquagénaire qui veut savoir si les PGE Résilience seront prolongés, pas de solutions. Ces dispositifs sont du ressort de l’État et non de la Région. Si les compétences économiques des régions se sont accrues, beaucoup reste encore décidé à Paris. Carole Delga, qui s’y rend souvent en tant que présidente de Régions de France, en sait quelque chose.

Matthias Hardoy

Sur la photo : Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie face aux entrepreneurs réunis à L’Espace Charles de Gaulle de l’hôtel de région pour l’écouter. Crédit : Hélène Ressayres – ToulÉco.

Notes

[1Diapositives en français.

Source : ToulEco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *