Des engins de chantier de l’autoroute Toulouse-Castres sabotés

Des engins de chantier de l’autoroute Toulouse-Castres sabotés

La lutte contre le projet d’autoroute A69, dans le Sud-Ouest, monte d’un cran. Dans la nuit du lundi au mardi 6 décembre, un collectif nommé « la Buse » a revendiqué le sabotage d’engins de chantier sur le tracé des travaux préparatoires. Dans un communiqué envoyé à Reporterre, le groupe informel a joint plusieurs photos montrant différents types de dégradations : une pelleteuse taguée aux vitres brisées, des tuyaux d’échappement bouchés, l’intérieur d’une cabine saccagé.

Le collectif appelle à « organiser la résistance ». « Nous sommes profondément déterminé·es à lutter contre ce système dangereux, qui mêle entreprises puissantes, État complice et collectivités locales soumises, écrit-il. Qualifiez-nous comme vous voulez, mais n’oubliez pas que nous sommes citoyen·nes d’un territoire menacé, hier tranquilles, aujourd’hui en lutte. N’oubliez-pas non plus que notre avenir s’assombrit un peu plus chaque jour que ce système prospère », poursuivent les membres du groupe.

0 2 Des engins de chantier de l’autoroute Toulouse-Castres sabotés
Les vitres de cet engin ont été cassées. Document remis – La Buse

Ils rappellent aussi dans leur communiqué les enjeux sociaux et environnementaux soulevés par le projet autoroutier et, pour justifier leur acte, citent l’avis de l’Autorité environnementale : « De façon générale, ce projet routier, initié il y a plusieurs décennies, apparaît anachronique au regard des enjeux et ambitions actuels de sobriété, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et de la pollution de l’air, d’arrêt de l’érosion de la biodiversité et de l’artificialisation du territoire et d’évolution des pratiques de mobilité et leurs liens avec l’aménagement des territoires. La justification de raisons impératives d’intérêt public majeur du projet au regard de ses incidences sur les milieux naturels apparaît limitée. »

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. En 2021, plus de 27 000 de ces lectrices et lecteurs ont financé le journal par des dons. Ce soutien permet à Reporterre de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à de nombreux autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaires ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Tous nos articles sont en accès libre, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population, et agir. Tout le monde peut bénéficier d’un accès à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique, et assure notre avenir. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

Soutenir Reporterre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *