A Toulouse, Casa 93 Mirail veut mettre les métiers de la mode à la portée de tous

A Toulouse, Casa 93 Mirail veut mettre les métiers de la mode à la portée de tous
ee14239bee815ebcacd2c3f87d6d61 0e86c A Toulouse, Casa 93 Mirail veut mettre les métiers de la mode à la portée de tous

Francine était « frustrée », comme elle dit, « de ne pas avoir de contact avec la vie réelle. » Avec un Bac littéraire, une Licence en Sciences politiques et « une passion pour la mode », la jeune fille de 23 ans entre en décembre dernier à l’école de mode Casa 93, installée à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Après avoir suivi un cursus d’une année dans cette structure pas comme les autres, Francine est bien décidée à devenir journaliste spécialisée dans la mode. En attendant de réaliser son objectif, elle était à Toulouse, ce vendredi 9 septembre, pour l’inauguration de l’antenne toulousaine, la première en province, installée dans les locaux de l’Atelier B, sur la dalle Abbal, au cœur de la Reynerie. Audrey, 20 ans, a aussi fait le déplacement. Originaire de Massy, dans l’Essonne, la couturière tient également à transmettre aux futurs étudiants de l’école toulousaine un message positif : « Ici, on apprend à vivre collectivement. On reçoit beaucoup d’écoute. »

Née en 2005 au Brésil, avant de s’installer en Seine-Saint-Denis en 2017, Casa 93 Mirail proposera une formation professionnelle gratuite aux métiers de la mode, à des jeunes de 18 à 25 ans sans condition de diplôme. « Contrairement aux écoles de mode, qui coûtent cher, on travaille à la fois sur l’épanouissement professionnel et personnel », indique Nadine Gonzalez, la fondatrice des Casas.

Un programme hybride

La rentrée de la promotion pilote, parrainée par Marithé et François Girbaud, couple de créateurs installé à Mazamet (Tarn), aura lieu le 24 octobre et accueillera douze étudiants qui bénéficieront de 500 heures de formation réparties sur douze mois. Pour l’intégrer, pas besoin d’un « book » élaboré ou d’un parcours d’excellence. Les critères de sélection n’ont rien à voir avec les compétences purement scolaires : passion pour la mode, créativité, talent et motivation sont attendus au rendez-vous.

« Notre programme est hybride et rapide », poursuit Nadine Gonzalez, qui souligne que Casa 93 Mirail a obtenu une subvention totale de 120.000 euros pour son fonctionnement. « Le premier cycle est dédié à la découverte de la mode, le second est consacré à six ou sept projets spéciaux. » Ainsi, par exemple, certains étudiants plancheront sur une collection « lifestyle » de l’Atelier Tuffery, le fabricant centenaire de jeans, installé en Lozère. « La mode, c’est une série de métiers », rappelle Myriam Tuffery, co-gérante. « Il faut former à la polyvalence. » D’autres participeront à la fabrication d’une collection de trois produits (encore non définis) de la marque ariégeoise Laines Paysannes.

Audrey Sommazi

Crédits photo Rémy Gabalda.

Source : ToulEco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *