Top 14 – 7e journée : « du sérieux sinon on sera puni », avertit David Darricarrère avant Castres-Bayonne ce samedi

Top 14 – 7e journée : « du sérieux sinon on sera puni », avertit David Darricarrère avant Castres-Bayonne ce samedi
image Top 14 - 7e journée : « du sérieux sinon on sera puni », avertit David Darricarrère avant Castres-Bayonne ce samedi

l’essentiel Même s’il n’a jamais joué, ni entraîné l’Aviron, qui vient à Castres ce samedi,, le Landais, étant passé par Mont-de-Marsan, Dax, et même Biarritz, David Darricarrère a gravité non loin de Bayonne pour en connaître et apprécier les valeurs. Au moment de recevoir les Basques lors d’une rencontre revêtant d’une grande importance, avec bienveillance, il prévient ses joueurs castrais.

Pourquoi la réception de Bayonne peut être considérée comme très importante ?

Parce qu’il s’agira de valider la victoire face à Montpellier (26-13) et le travail qu’on effectue tout au long de la semaine. Il nous faut ancrer la façon dont on travaille positivement.

Lors des derniers matchs, votre équipe a fait preuve d’une bonne discipline et pourtant, elle peut encore avoir l’image d’une formation concédant beaucoup de pénalités. Comment changer cette image ?

C’est un travail de longue haleine. On ne va pas lâcher. On continue à travailler ce secteur pour être le plus propre possible. Il s’agit de démontrer avec les statistiques que l’on commet de moins en moins de fautes. C’est hyper important. On ne s’éparpille pas avec l’image qui peut être perçue, et ne reflétant pas toujours la réalité. Il faut qu’on avance et on change ces idées reçues petit à petit.

Avec quelle méthode ?

C’est un travail collectif mais aussi individuel. Les joueurs à l’aide de la vidéo, peuvent évoluer dans les attitudes, les relâchements par moments. On doit être capable de régler ça, de dire à un joueur d’être plus concentré, de ne pas se mettre à la faute. Il y a plein de petits paramètres qui peuvent nous aider pour ça. On travaille beaucoup aussi avec les arbitres pour faire évoluer les comportements et cela prend forme. Tous les travaux que l’on réalise avec ou sans ballon sont importants. Certaines situations sont encore plus importantes. Par exemple quand il y a pénalité dans notre camp, ou si on va perdre le ballon en situation de marque. La concentration engendre la confiance. Plus on aura confiance en notre discipline, en notre défense, en notre jeu, plus on parviendra à changer le regard que l’on a sur nous.

Est-ce cette confiance qui vous manque lorsque vous perdez un ballon en touche dans la zone de marque ?

Le diable se cache dans les détails et on commet ces fautes de détail. Il ne s’agit pas de grosses fautes collectives, ce ne sont pas des fautes de goût au niveau des annonces, ce sont des petits détails qui font avorter certaines actions. Cela fait penser à un match neutre alors qu’il a pu être très bon, voire excellent.

Est-ce que les occasions manquées ont pu ternir le match face à Montpellier ?

C’était un bon match face à un gros adversaire. Les occasions, il faut quand même arriver à se les créer. Cela veut dire qu’on a été performant pour se donner ces occasions et qu’il nous manque encore de l’exigence dans la finition pour être plus à l’aise.

Quel avis portez-vous sur l’Aviron Bayonnais ?

C’est une équipe sur une pente ascendante avec un très bon esprit. On a évoqué l’image juste avant. Celle de Bayonne est très positive avec ce qu’elle représente : l’envie de produire du jeu, et ce soutien de leur public donnant un supplément d’énergie. Il y a aussi une bonne mixité entre les joueurs d’expérience et de jeunes joueurs. C’est une belle équipe qui s’accroche partout. On la prend très au sérieux, si on ne le faisait pas, on serait puni.

À Bayonne, on a l’impression que le rugby est plus festif qu’ailleurs ?

C’est une histoire de culture. Le rugby bayonnais est un rugby d’enthousiasme, de fête de passion. Tant mieux pour eux, cela donne une belle image du rugby. À Pierre-Fabre, on n’a pas à se plaindre à ce niveau-là. Il y a aussi de la passion, on a un public proche de ses joueurs, au sens propre comme figuré, toujours prêt à les soutenir. Ici, il y a une très belle ambiance, je ne doute pas qu’il y aura encore beaucoup de bruit lors de la réception de Bayonne.

Source : La Dépêche
Pour vous abonner à La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *